Home » Pervers narcissique

On s’intéresse à cette personnalité pathologique, car la médiation est impossible avec un pervers narcissique.
On constate en effet que de manière systématique le pervers narcissique utilise la situation de médiation
pour renforcer son emprise sur sa victime.

La personnalité du pervers narcissique a été abondamment décrite dans la littérature,
en particulier par Marie-France Hirigoyen ou par le Dr Maurice Hurni.

En bref, il s’agit d’une personnalité avec une faille narcissique immense et qui utilise son entourage pour essayer
de la combler en recherchant systématiquement la valorisation. La relation est souvent agréable au début et bascule d’un coup
à l’occasion d’un premier “Non” quand le “valorisant” ne joue plus son rôle premier.

On trouve sur internet de multiples tests pour déterminer si celui ou celle à qui l’on a affaire
fait partie de ces personnalités pathologiques.

Tous s’accorde plus ou moins sur les items présentés ci-dessous dans le désordre,
ajoutant qu’avec un total supérieur à 18 points la probabilité que l’autre soit un pervers narcissique est assez élevée.

A utiliser avec précaution, il ne s’agit que d’un test et la réalité est souvent beaucoup plus complexe.

Face à un pervers narcissique, il n’y a en général que deux issues, la fuite .. ou la manipulation


Test

    1. Il cherche en permanence à être valorisé
    2. Il vient trop vite trop près en créant un sentiment de malaise
    3. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins (notions d’humanité, de charité…)
    4. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au schéma opposé.
    5. A son contact, je doute de moi et de mes capacités
    6. Au début de notre collaboration, il était très flatteur et me donnait beaucoup de responsabilités
    7. Il vous interrompt sans cesse ou change sans arrêt de discussion.
    8. Il vous humilie, vous jette des insultes à la figure.
    9. Il vous force à prendre des décisions contre votre gré.
    10. Il vous dicte ce que vous devez faire.
    11. Il veut avoir toujours raison.
    12. Il utilise souvent le dernier moment pour demander, ordonner, ou faire agir autrui.
    13. Il utilise les flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.
    14. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner et peut provoquer la rupture d’un couple.
    15. Il se décharge de sa responsabilité en prétendant qu’il est violent par votre faute.
    16. Il sait se placer en victime pour qu’on le plaigne : maladie exagérée, entourage “difficile”, surcharge de travail, etc.).
    17. Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.
    18. Il répond très souvent de façon floue.
    19. Il produit un état de malaise ou un sentiment de non liberté (piège).
    20. Il prend des décisions importantes sans vous demander votre avis.
    21. Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme et interprète.
    22. Il peut être jaloux même s’il est un parent ou un conjoint.
    23. Il nous fait faire des choses que nous n’aurions probablement pas faites de notre propre gré.
    24. Il nie systématiquement les abus commis.
    25. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.
    26. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.
    27. Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.
    28. Il n’assume pas sa part de responsabilité.
    29. Il n’ écoute pas et ne répond pas.
    30. Il modifie le sens de vos paroles.
    31. Il mise sur l’ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.
    32. Il minimise ses actes violents et ne vous prend pas au sérieux.
    33. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres: il critique sans en avoir l’air, dévalorise et juge.
    34. Il ment.
    35. Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.
    36. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.
    37. Il ignore les demandes (même s’il dit s’en occuper).
    38. Il garde certaines informations pour lui.
    39. Il fait pression sur vous en vous culpabilisant.
    40. Il fait faire ses messages par autrui ou par des intermédiaires.
    41. Il fait des remarques dévalorisantes.
    42. Il fait croire aux autres qu’ils doivent être parfaits, qu’ils ne doivent jamais changer d’avis, qu’ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.
    43. Il évite ou s’échappe de l’entretien, de la réunion.
    44. Il est excessivement jaloux.
    45. Il est égocentrique.
    46. Il est efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d’autrui.
    47. Il est constamment l’objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s’il n’est pas là.
    48. Il dit du mal de votre famille et de vos ami(e)(s).
    49. Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l’amitié, de l’amour, de la conscience professionnelle, etc.
    50. Il crie, vous injurie, vous accuse.
    51. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments, selon les personnes ou les situations.
    52. Il change carrément de sujet au cours d’une conversation.
    53. Il adopte des attitudes menaçantes.